mercredi 4 mars 2009

Diagnostique: Trouble de l'opposition


Ça été long, plusieurs suivis, plusieurs retards et plusieurs hypothèses. Deux ans plus tard, un vrai diagnostique, heureusement moins handicapant qu’on ne l’avait cru : Le trouble d’opposition avec provocation. Notre Bidou, le petit garçon qui nous a tellement fait hurler de détresse, qu’on aurait donc attaché sur une chaise, laissé dans le cabanon, qu’on aurait mis au bord du chemin avec un écriteau « à donner, sans garantie ». Un Fiston qui nous a fait pleurer de désespoir, d’inquiétude, de fatigue. Un enfant qui nous a fait perdre notre confiance de parent, qui a mis notre couple à l’épreuve. Un enfant qui nous a aussi fait rêver, aimer comme jamais, devenir des parents à l’écoute et attentifs. Un Fiston qui nous a fait découvrir de nouveaux sentiments, une force en nous qu’on ne connaissait pas. Un Bidou qu’on aimera inconditionnellement, même avec ses difficultés, qui nous obligent à voir l’avenir positivement.

Bidou a reçu un diagnostique de TOP, Trouble de l’Opposition avec Provocation à l’été 2008. Depuis, Chéri et moi avons eu l’aide nécessaire pour devenir une équipe solide, confiante, calme et patiente. Nous travaillons ensemble dans le but de diriger l’opposition de Fiston de façon positive et constructive. Notre fils est pour le moment un opposant « contrôlé » C'est-à-dire qu’il répond très bien à notre nouveau mode d’éducation. Les oppositions, crises et sautes d’humeurs ne sont pas moins fréquentes mais elles durent moins longtemps et sont moins intenses. Fiston vivra toujours avec son trouble d’opposition avec provocation, c’est donc à nous, de l’éduquer et de le diriger pour lui apprendre à se servir de son trouble, comme d’un atout !

5 commentaires:

Dr Maman a dit…

Courage à vous qui l'encadrez et aimez de belle façon!

Cherry a dit…

Merci beaucoup !!

Anonyme a dit…

J'aime la manière dont tu présente ce post.. Ton franc parler me touche droit au coeur!

Bonne chance a toute la famille!

Cherry a dit…

Merci de ton commentaire Anonyme.

maman à bout de souffle a dit…

merci de votre franc parler, finalement j'ai trouvé d'autres parents qui vivent les périples du troubles d'opposition